Centuri

Histoire

Centuri compte 232 habitants permanents (2010) et s’étend sur 830 hectares. Le point culminant de la commune est le mont Toricella (544 m)

Centuri tiendrait son nom de Centirunum Civitas, antique bourgade existante 6 siècles avant notre ère.

Centuri avec l’îlot de Capense qui était fortifié au 13ème siècle, forme un lieu de mouillage important, mais dangereux en cas de vent fort de Sud-ouest (Le Libecciu)

Au XVIème siècle Gênes décide de construire une tour à l’entrée du port dont les vestiges sont toujours visibles.

Du fait de sa situation à la pointe ouest du Cap Corse, Centuri est très convoité et il a appartenu successivement aux Peverelli puis aux Avogari pour faire enfin partie du fief San Colombano appartenant aux Da Mare en 1431. Au XVIème siècle la commune retourne dans le giron génois et intègre la province du Cap Corse.

En 1757 Pascal PAOLI fait de Centuri le port militaire de la nation Corse indépendante.

Le port de Centuri était également un port de commerce disposant à la fin du XVIII ème siècle de 16 hameaux et 68 magasins.

Le rachat de la Corse par la France (1768) permet le développement d’activités agricoles. La vigne s’étend en 1790 sur 175 hectares. Au XIXème siècle la culture du cédrat connaît un essor conséquent. La seconde moitié du XIXème siècle est marquée par une forte poussée démographique mais aussi un déclin régulier de l’agriculture. C’est l’époque des migrations vers l’Amérique du Sud qui va entraîner le basculement démographique et au début du XXème siècle la 1ère guerre mondiale va en accélérer le processus.

Actuellement la population permanente (232 habitants) n’est pas supérieure à celle de 1962 (257) mais il est vrai que cette population quadruple durant l’été. Centuri est en effet l’un de points les plus touristiques du Cap Corse.

La commune, avec ces 4 hôtels et ses 8 restaurants, mise sur le tourisme et l’allongement de la saison (actuellement de mai à septembre) pour mieux se développer.

Centuri possède un réseau de sentiers bien entretenus qui relient les différents hameaux du port. D’autres chemins permettent de découvrir de nombreux paysages surplombant la mer mais aussi lorsque nous nous éloignons de la côte de découvrir d’anciennes bergeries et d’emprunter en partie la « via romaine » qui reliait Centurinum Civitas à Macinaggiu via le col de Cateru.

Centuri est un petit village de pêcheurs avec des maisons pittoresques et des toits en shiste (en serpentinite, plus exactement) connu comme le 1er port de pêche français de la langouste. On dit que les langoustes du coin sont les meilleures d'Europe...

Ajouter un commentaire