Pissenlit

Le pissenlit ( radichju)

pissenlit

Le pissenlit peut varier de quelques centimètres à quelques décimètres de hauteur. Ces feuilles sont en rosette. La tige, creuse, est couronnée en son sommet par les fleurs, qui sont réunies en capitule. Il n’y a en qu’un seul pour chaque plante, car la tige du pissenlit n’est jamais ramifiée. Le pissenlit, en cas d’agression, secrète un lait épais, de couleur blanche. Les racines du pissenlit sont très profondes par rapport à la taille, et dépassent les dizaines de centimètres. Le pissenlit ne possède aucun poil.

Milieu naturel : le pissenlit est une plante extrêmement répandue dans les campagnes (et les villes) de France. On la trouve quasiment partout.

La redécouverte du pissenlit dans la cuisine

Les grandes tables comme les cuisiniers amateurs redécouvrent les vertus culinaires et gustatives du pissenlit.  Cuits, les pissenlits peuvent très bien remplacer des épinards, et les boutons de fleurs des points d’asperges.

Les racines du pissenlit, séchées et grillées, représentent un bon substitut si le café fait défaut. Elles furent utilisées pendant la guerre. Les fleurs ont aussi servi pour colorer le beurre, et entrent dans la composition de certains vins supposés fortifiants, et qu’on donnait aux personnes malades ou en convalescence.

Le pissenlit, plante médicinale

Les vertus curatives du pissenlit sont nombreuses. La fleur est dépurative, diurétique, mais aussi laxative, tonique, revitalisante, cholagique… La racine est aussi utile dans les troubles digestifs : elle contient de l’inuline, un sucre complexe qui renforce les bactéries commensales intestinales. Le pissenlit contient aussi du fer, du potassium, du calcium, du cuivre, de la silice et du manganèse.

Ajouter un commentaire