Chèvre

Les chèvres répondent "bé" à l'appel

chèvres.jpg

Le vocabulaire corse est extrêment riche pour définir la physionomie de la chèvre (a capra) ou de la brebis (a pècura) : ochtata rossa (chèvre rousse avec le pourtour des yeux d'une autre couleur), grisgia muglia (chèvre au poil dégradé gris et blanc), muglia lombata nera (brebis gris foncé), ceria (chèvre roux-blond), ciuffata muglia (chèvre grise avec des touffes entre les cornes), chjerchjate (cornes en demi cercle), rampinate (cornes pointues), modina (chèvre sans corne), etc... Aucune chèvre ne se ressemble ! Le berger les connaît toutes par le nom qu'il leur a donné. Il faut dire que la chèvre est un animal dont le QI est voisin de celui du chien. Et quand le berger les appelle par leur nom, elles lui répondent "bé" comme pour dire qu'elles vont "bien" (jeu de mot corse). Dernière précision : si les brebis ont toujours besoin d'herbe tendre, les chèvres sont moins difficiles. Ces dernières sont aussi de belles montagnardes (comme les mouflons !). Cela ne les empêche pas de passer l'hiver sur la côte. C'est ce qu'on appelle la transhumance : le troupeau voyage à travers les terres sous la houlette du berger (du latin trans, à travers, et humus, terre). Cela peut durer plusieurs jours, le temps de passer de la plaine à la montagne (en mai). puis de la montagne à la plaine (en septembre). Il faut par exemple six jours aux bergers pour aller avec leur troupeau de la vallée du Fangu sur la côte ouest aux montagnes du Niolo.

Ajouter un commentaire