Les polyphonies corses

Un, deux, trois,chantez !

paghjella.jpg

Il n'y a pas une polyphonie mais plusieurs ! Mais, généralement, on entend par chant polyphonique corse la paghjella (prononcez {pa-dyel-la}.

Pour chanter une paghjella, il faut être plusieurs. U paghu, ça veut dire "la paire" en langue corse. Alors il faut être au moins deux ? Et bien non, il vaut mieux, pour chanter cette polyphonie, être trois au minimum. Une voix basse (appelé u bassu), une voix haute (a terza), plus aigüe, et, au milieu, celle qui exprime la mélodie (a seconda). C'est la voix dite seconda qui entonne en premier le chant. Puis, c'est u bassu. Enfin, a terza les rejoint. Cette dernière est plus libre dans ses variations, elle donne au chant toute sa beauté et une dimension sublime à la musique qui n'est complète que par ces trois voix. La musique a en effet besoin de la seconda, qui est le fil directeur de la mélodie. Quand à u bassu, elle est à un niveau harmonique plus constant et plus grave. Trois voix donc, mais on peut ensuite ajouter encore des voix de bassu et de seconda. On peut ainsi doubler ou tripler les voix.

 

Ajouter un commentaire